Portrait d’Apollinaire par Pablo Picasso

 

Dans ses ateliers installés à la BnF, Azentis a numérisé plusieurs ouvrages de Guillaume Apollinaire (1880-1918). Ils sont aujourd’hui en ligne sur Gallica.

 

 

 

Né en Italie, sujet polonais de l’empire russe, il est naturalisé français le 5 mars 1916 alors qu’il est déjà sur le front depuis 1915. Blessé d’un éclat d’obus le 17 mars 1916, il ne s’en remettra jamais. Mort des suites de ses blessures le 9 novembre 1918, Apollinaire a laissé de nombreux écrits de cette période de guerre.

 

Pour la Bibliothèque nationale de France, Azentis a numérisé :

 

 

 

 

 

 

Case d’Armons, Guillaume Apollinaire, 1915

 

Parmi les « poèmes de la paix et de la guerre » composés par Guillaume Apollinaire entre 1912 et 1917 et qui formèrent, en avril 1918, le recueil Calligrammes, figure un ensemble de vingt-et-un poèmes écrits et publiés pour la première fois sur le front au printemps 1915, sous le titre Case d’Armons.

Dès le mois de mai 1915, sous le feu des obus, il a le projet de réaliser un petit recueil de ses plus récents poèmes, vendu depuis le front par souscription, le produit de la vente devant bénéficier pour partie aux blessés de guerre.

 

Bulletin de souscription à la  »Case d »Armons », poème de Guillaume Apollinaire, établi par les soins de l »auteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reçoit l’autorisation d’utiliser pour l’impression le duplicateur stencil. Celui utilisé pour la réalisation des papiers et journaux militaires. Ainsi vingt-cinq exemplaires ont été imprimés à l’encre violette.

 

 

 

 

 

 

 

L’Enfer de la Bibliothèque nationale, Guillaume Apollinaire, Fernand Fleuret, Louis Perceau, 1913
Le mot Enfer renvoie aux rayons d’une bibliothèque. Ceux regroupant pour l’essentiel des ouvrages isolés pour leur caractère érotique, pornographique, choquant ou obscène. Guillaume Apollinaire a participé à la rédaction du premier catalogue des enfers. Il s’agit de celui de la Réserve du département des Imprimés conservés à la BnF (site Tolbiac).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *