Peau d’Âne, « Les contes de Perrault », dessins par Gustave Doré, 1862

Conservés au sein des collections de la BnF, plusieurs ouvrages illustrés par Gustave Doré ont été numérisés dans les ateliers Azentis. Ils mettent en valeur la grande variété de la production de l’artiste. Il fut reconnu de son vivant pour son œuvre immense tant par sa quantité que par sa diversité et sa qualité.

Gustave Doré (1832-1883) réalise dès ses quinze ans ses premières lithographies sur les Travaux d’Hercule. Il s’agissait d’un album de 46 planches publié en 1847.
Ainsi, il a illustré les grandes œuvres littéraires : Rabelais, Arioste, les Contes de Perrault et les Fables de la Fontaine. Et Roland Furieux fut sa dernière œuvre illustrée en 1879
Par ailleurs, Gustave Doré s’est intéressé à la lithographie et à l’eau forte. Ce sont des techniques qui permettent une spontanéité du dessin et qui, de plus, ont révolutionné la diffusion de l’image au 19e siècle. Ainsi Histoire de la Sainte-Russie (1854), est une publication réalisée en tant qu’auteur et illustrateur au moment de la campagne de Crimée. Cet album, innovant sur le plan des rapports entre texte et image, est parfois considéré comme précurseur de la bande dessinée.

Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie, 1854

Très bien ancré dans les milieux artistiques de son temps, Gustave Doré connaissait le tout Paris. Il côtoyait des auteurs, des musiciens, des personnalités comme Nadar et Paul Lacroix notamment.
Artiste protéiforme, il a exploité toutes les techniques qui s’offraient à lui au XIXème siècle. Parmi lesquelles on compte la peinture, la lithographie, la gravure sur bois, l’eau-forte, et la caricature, mais aussi les partitions ou les sculptures.