Numérisation des registres de dentelle de la Cité internationale de la dentelle et de la Mode de Calais

© Cité internationale de la dentelle et de la Mode de Calais

 

 

 

Azentis numérise actuellement, dans ses locaux, des registres du dépôt légal compilant des échantillons de dentelle mécanique (de 1838 à 1931)

Ce projet de numérisation s’inscrit dans un programme d’actions offrant à la Ville de Calais l’opportunité de contribuer au redéploiement économique et culturel de la filière dentellière et du label « dentelle de Calais ».
La finalité du projet est la création d’une bibliothèque numérique commune à différents sites (Campus Tios3-ville de Ronse, University of Creative Arts, CIDM) qui permettra de valoriser les archives textiles de ces structures. Afin d’abonder la bibliothèque numérique, la Cité internationale de la dentelle et de la Mode procède à la numérisation des registres du dépôt légal. Avec près de 100 000 exemples de production ce fonds est une des plus saisissantes mémoires vives de l’industrie calaisienne.

Le dépôt légal était une mesure qui permettait aux fabricants de se protéger des fraudes et éventuelles contrefaçons. Les entreprises se réservaient, en contrepartie d’une compensation financière, la propriété exclusive d’un échantillon pour un, trois, cinq ou dix ans.
Ces ouvrages se feuillètent à l’aulne de l’histoire économique locale où certaines années furent plus propices que d’autres, où des tendances apparaissent en creux : des modes, des sources d’inspiration, des styles, des avancées technologiques… Il s’agit le plus souvent du dernier coupon existant ; les vêtements, lingeries, pièces d’ameublement, n’ayant pas forcément été conservés. Ce coupon est un microcosme à lui seul : il est le fruit d’une œuvre collective (de l’esquisseur à la raccommodeuse en passant par le tulliste) à un instant déterminé ; par ailleurs il s’inscrit dans le lignage d’une généalogie particulière : celle des entrepreneurs et de celles et de ceux qui ont contribué à la renommée de la dentelle de Calais. D’où la nécessité de procéder à une numérisation de ce patrimoine qui est à la fois une mémoire des fabriques et la résultante du travail de milliers d’ouvriers.

Les registres du dépôt légal sont des ouvrages reliés où sont collés sur des feuilles de papier bleu, des échantillons de dentelle mécanique. En plus petite quantité, s’y trouvent également des calques, des dessins et des schémas…
Azentis numérise les doubles pages en très haute définition pour obtenir un niveau de détail très poussé : les pages au format A1 sont numérisées en 600 dpi.
L’état de conservation initial du document est respecté. Les registres étant très fragiles, une très grande attention est portée sur les diverses manipulations nécessaires au cours de la prestation.

L’un des principaux partenaires de la Cité internationale de la Dentelle et de la Mode est l’Université du Littoral Côte d’Opale de Calais et plus spécifiquement le L.I.S.IC. (Le Laboratoire d’Informatique Signal et Image de la Côte d’Opale ; http://www-lisic.univ-littoral.fr). Dans le cadre d’une convention de recherche établie entre la ville de Calais et l’U.L.C.O., les étudiants vont créer un portail (la tissuthèque) ainsi que divers outils innovants. Mémoire des fabriques de Calais de 1838 aux années 1940, la tissuthèque collectera, conservera et protègera près de 1500 registres d’échantillons de dentelle mécanique, soit plus de 500 000 échantillons. Elle permettra d’avoir un instantané de la production calaisienne à des périodes prédéfinies. La création d’une base de données rendra possible à terme la recherche en mode multicritères.

Sources : site Internet de la Cité internationale de la Dentelle et de la Mode de Calais .

 

This entry was posted in Numérisation, Vues d'objets and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.