Numérisation d’un manuscrit Maya

Codex de Peresianus, XIIIème siècle, © BnF

 

 

 

L’année dernière, nos ateliers ont numérisé l’un des quatre manuscrits Maya existant au monde et conservé à la Bibliothèque nationale de France.

Dans le cadre d’un marché de numérisation pluriannuel, nos opérateurs, installés dans les locaux de la BnF, numérisent les documents originaux des collections des Départements spécialisés. Les images obtenues sont ensuite diffusées sur le site Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF : http://gallica.bnf.fr/.
Le Codex de Peresianus ou Codex de Paris est composé de longues bandes d’écorce de ficus sur lesquelles sont peints des glyphes, des chiffres, des images de dieux et d’animaux, avec les mêmes couleurs : noir, jaune, vert, bleu et rouge. Ces bandes sont longues de 1,45 m et pliées en accordéon.
Ce manuscrit, découvert par le chercheur Léon de Rosny au milieu du XIXème siècle, traite de rituels religieux, de prophéties, des katuns, et des dieux. Au verso, se trouvent un almanach de prédictions, les cérémonies du Nouvel An, et un calendrier zodiacal de 364 jours. Il s’agirait donc d’un texte à lire de manière divinatoire.
On ne connaît pas la date exacte de ce document. Selon Thompson, archéologue spécialisé en études mayas, il s’agit d’une copie déformée d’un codex de l’époque classique (IIIème – IXème siècles) réalisée au XIIIème siècle.

Ce codex fait partie des pièces les plus précieuses conservées à la BnF et est consultable aujourd’hui sur Gallica.

Sources : Wikipédia et BnF.fr

This entry was posted in Codex, Numérisation and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.