M5050_X0031_MV_2580_010_150pxbl

Depuis le début du printemps, Azentis a installé un atelier de numérisation au sein même des réserves du Musée National d’art moderne pour le traitement de plusieurs milliers de plaques de verre. Marc Vaux (1895 – 1971) a photographié les œuvres des artistes vivants à Montparnasse entre 1916 et 1970. Ce fonds répertorie 5596 artistes et comprend environ 250 000 plaques de verre.

 

Menuisier de formation , Marc Vaux commence son activité de photographe à la suite d’une blessure par balle sur le champ de bataille en 1915. Installé dans le quartier de Montparnasse à Paris, il cible son voisinage, ateliers d’artistes et écoles d’art. C’est dans les années 1930 qu’il se spécialise dans la reproduction d’œuvres d’art et s’impose comme « le photographe des peintres ».

M5050_X0031_MV_2570_019_Les loisirs Fernand Léger
Fernand Léger, Les loisirs, 1948-1949

 

Les supports de ces fonds sont essentiellement des négatifs gélatino-argentique sur plaque de verre noir et blanc, ainsi que quelques négatifs gélatino-argentique sur support souples. Ils s’agit des supports originaux de l’époque, en plutôt bon état malgré quelques traces de dégradation chimique.

Ce chantier de numérisation, en plus d’offrir une conservation numérique du fonds, en permettra la mise en ligne et la valorisation sur le portail de la Bibliothèque Kandinsky. Les images obtenues seront également utilisées pour la réalisation de reproductions numériques.

Les principales missions d’Azentis sont le dépoussiérage, le conditionnement et bien sur la numérisation de l’ensemble des plaques de verre. Pour éviter tout risque de dégradation pendant le transport des œuvres, un atelier de numérisation a été installé directement dans les réserves du Musée. Du fait de la fragilité des documents et de la valeur exceptionnelle de ce fonds, les photographes d’Azentis, formés spécifiquement à ce type de support, manipulent chaque plaque de verre avec le plus grand soin. L’accent est mis sur la reproduction fidèle de l’image, en haute qualité; chaque détail présent sur la plaque de verre est visible parfaitement sur sa copie numérique. De plus, la résolution choisie pour l’acquisition des images est la plus élevée possible pour permettre une exploitation totale du fichier numérique.

Pour en savoir plus sur le fonds Marc Vaux, La Villa Vassilieff en propose une présentation détaillée et prépare une série d’entretiens avec les conservateurs de la Bibliothèque Kandinsky : ici

Sources : Villa Vassilieff, ARIP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *